Uber, un point de rupture!

Résultats de recherche d'images pour « uber »Le chauffeur de taxi qui a une voiture en mauvaise condition et qui veut seulement être payé au comptant……. Il le déclare son revenu en billet de banque? Et non!

Le chauffeur de Uber qui reçoit 100 % de ses revenus via des cartes de crédit et reçoit un T4 de Uber à la fin de l’année, il peut cacher ses revenus comme les chauffeurs de taxi?….. Et non!

Revenu Québec frappe sur le mauvais clou.

Qu’est-ce qui est pire? Quelqu’un qui, n’a pas de ce fameux permis soustrayant l’industrie aux lois du marché assurant ainsi une qualité et un service de plus en plus douteux, voire minable. Ou celui qui déclare, paye ses impôts sur 100 % de ses revenus, car son employeur a déclaré tous les revenus de ses chauffeurs. C’est le même type qui cache une grande partie de ses revenus en ne voulant pas laisser de traces des transactions qu’il effectue qui se plaint de cette nouvelle industrie qui s’oblige à performer et déclarer ses revenus.

Une femme qui conduit un taxi avec 300 $ comptant dans ses poches à 3h du matin……. Sécuritaire? Et non!! Si tout se fait électroniquement plus de billets dans les poches des chauffeurs….. Ni des clients!!

Ça prend une autre commission pour savoir si les chauffeurs de taxi déclarent tous leurs revenus. Et non!

Stress au travail où se trouve le point de rupture

C’est un point de rupture. Quand on surf sur une vague ELLE FINIT TOUJOURS PAR MOURIR! Demandez aux propriétaires, je dirais plutôt aux ex-propriétaires de clubs vidéo, de Polaroïd, de Kodak ou encore des ces fameux GPS. Vous savez ceux dans lesquels son propriétaire devait télécharger à grands frais des cartes déjà obsolètes! Le taxi fait face à un point de rupture, je n’étais déjà plus un client des taxis, avant même l’arrivée de Uber, je n’étais plus client de cette industrie qui est demeurée assise sur ses lauriers à l’ombre de ces fameux permis pendant des décennies.

Je suis maintenant Uber et fier de l’être! Après une course avec eux, je n’ai pas le sentiment de m’être fait flouer par un type qui n’a pas d’obligation de performance et fait tout pour cacher ses revenus à l’impôt!!

Quand nos services apportent moins de valeur à la société que notre compétition, nous sommes voués à l’échec. Quand je parle de société, j’inclus employés, fournisseurs, actionnaires et surtout les citoyens qui la composent.

Huber a réussi à créer une ‘’ Raving Fan Culture’’ (culture d’admirateurs fanatiques), dont je fais partie!

Posted in Culture | Tagged | Leave a comment

Une question de valeur plus que fiscale!

Je suis en accord avec le principe que tous doivent payer leur juste part dans une société. Par contre, surtaxer les plus riches, pensons-y bien.  À plusieurs reprises, j’ai entendu le commentaire suivant, ‘’ je ne veux pas faire d’heures supplémentaires, je vais le payer en impôt! ’’ Ce commentaire illustre bien la dynamique qui peut s’installer sournoisement. Bien que complètement absurde, ce genre de réflexion résulte d’une politique fiscal à court terme.

Je suis d’avis que nous devrions encourager l’individu à se surpasser et non à niveler la performance et les résultats. Cette même réflexion s’applique dans notre système d’éducation, nous demandons à nos enfants de réussir leurs cours, ne devrions-nous pas leur demander de se surpasser?

Certains d’entre vous ont certainement déjà lu cet article de novembre 2007 écrit par Claude Picher, il illustre très bien les conséquences de ces lents nivellements par le bas.

En voici un extrait.

////////////////

Supposons que tous les jours, 10 hommes se retrouvent pour boire une bière et que l’addition se monte à 50$ (normalement, 5$ chacun). S’ils payaient la note de la façon que l’on paie les impôts, selon les revenus de chacun, on aurait l’exemple suivant:

Les quatre premiers, les plus pauvres, ne paieraient rien, zéro cent.

Le cinquième paierait 50 cents.

Le sixième paierait 1,50$.

Le septième paierait 3,50$.

Le huitième paierait 6$.

Le neuvième paierait 9$.

Le dernier, le plus riche, devrait payer 29,50$ à lui tout seul.

On arrive donc bien à 50$.

 

Ils décidèrent de procéder comme décrit. Les dix hommes se retrouvèrent chaque jour pour boire leur bière et semblèrent assez contents de leur arrangement. Jusqu’au jour où le tenancier du bar les plaça devant un dilemme: «Comme vous êtes de bons clients, dit-il, j’ai décidé de vous faire une remise de 10$. Vous ne paierez donc vos dix bières que 40$.»

Le groupe décida de continuer à payer la nouvelle somme de la même façon. Les quatre premiers continuèrent à boire gratuitement. Mais comment les six autres, les clients payants, allaient-ils diviser les 10$ de remise de façon équitable? Ils réalisèrent que 10$ divisés par 6 faisaient 1,66$.

Mais s’ils soustrayaient cette somme de leur partage, alors le cinquième et le sixième homme allaient être payés pour boire leur bière (1,16$ et 16 cents). Le tenancier suggéra qu’il serait plus judicieux de réduire l’addition de chacun selon le même barème et fit donc les calculs.

Alors?

Le cinquième homme, comme les quatre premiers, ne paya plus rien, Un pauvre de plus.

Le sixième paya 1$ au lieu de 1,50$ (33% de réduction).

Le septième paya 2,50$ au lieu de 3,50$ (28% de réduction).

Le huitième paya 4,50$ au lieu de 6$ (25% de réduction).

Le neuvième paya 7,50$ au lieu de 9$ (17% de réduction).

Le dixième paya 24,50$ au lieu de 29,50$ (16% de réduction).

On arrive bien à un total de 40$.

Chacun des six clients payants paya moins qu’avant, et les quatre premiers continuèrent à boire gratuitement.

Mais une fois hors du bar, chacun compara son économie.

«J’ai seulement eu 50 cents sur les 10$ de remise», dit le sixième et il ajouta, montrant du doigt le dixième: «Lui, il a eu 5$!!!»

«C’est vrai», s’exclama le septième. «Pourquoi il aurait eu 5$ de rabais alors que moi je n’ai eu que 1$? Le plus riche a eu la plus grosse réduction!»

«Attendez une minute, cria le premier homme. Nous quatre n’avons rien eu du tout. Le système exploite les pauvres».

Les neuf hommes cernèrent le dixième et l’insultèrent.

 

Le jour suivant, le dixième homme ne vint pas. Les neuf autres s’assirent et burent leur bière sans lui. Mais quand vint le moment de payer, ils découvrirent quelque chose d’important: ils n’avaient pas assez d’argent pour payer ne serait-ce que la moitié de l’addition.

Et cela est le reflet de notre système d’imposition. Les gens qui paient le plus d’impôts tirent le plus de bénéfice d’une réduction de taxe et, c’est vrai, ils resteront plus riches. Mais si vous les taxez encore plus fort et les condamnez à cause de leur richesse, ils risquent de ne plus se montrer.

Pour ceux qui ont compris, aucune explication n’est nécessaire.

Pour ceux qui n’ont pas compris, aucune explication n’est possible

« On ne devient homme qu’en se surpassant. »

 Arostote

 

Posted in Culture, Developpement, Perso, Uncategorized | 2 Responses

Une Leçon d’Humilité

Depuis le début de l’année, je prend des leçons d’humilité. Ces leçons se donnent au dojo Shinkudo, et oui une école de karaté.

Quelle belle leçon d’humilité, des enfants de 5 ans maîtrisant bien et surtout mieux que moi les fameux katas, des femmes d’âge mur m’apprenant à maîtriser mes techniques, mon fils Justin me narguant avec sa ceinture avancée.
Cependant celui qui m’as inspiré ces ligne c’est un de mes confrères de dojo de quatorze ans, appelons-le Henri. Au premier coup d’œil Henri n’est pas le genre de personne qui attire les regards, âgé de quatorze ans, je doute qu’il face la moitié de mon poids.

Tout comme moi, il souhaite une invitation du Sensei à passer sa première ceinture. Lors des pratiques de kata, le premier dans notre cas, Henri et moi pratiquons parfois ensemble. La scène est plutôt surréaliste, disons que le duo que nous formons est quelque peu disparate.

Toujours en lien avec mes leçons d’humilité, Henri est plus expérimenté et me coach à chaque fois, sans parler de sa soeur Henriette.

Beaucoup de gens pourrait tirer leçon de son attitude.

« La connaissance de soi engendre l’humilité. »

Mère Teresa

 

 

 

p.s. Henri à passé son examen de ceinture jaune le moi dernier et ce avec brio.

Posted in Culture, Developpement, Karate, Perso, Uncategorized | 2 Responses

Ayez de la valeur en 2012!

Dans les dernières semaines, j’ai fait l’inventaire de mes huit principales valeurs.

–          Santé, Croissance, Amour, Plaisir, Spiritualité, Puissance, Prospérité et Cultures

J’ai été surpris de voir la prospérité au 7e rang. Après une bonne réflexion, j’ai réalisé qu’afin de vivre une vie prospère, je dois vivre en harmonie avec les six premières valeurs. Voila donc mes priorités 2012!

J’ai fait le même exercice pour mes antivaleurs.

–          Agressivité, Colère, Maladie, Paresse, Pauvreté, Inquiétude, Conflit, Procrastination

J’ai confirmé mes antivaleurs en me rappelant les pires situations des derniers mois et en effet, une de mes huit antivaleurs était toujours présente lors de ces moments.

De plus, j’ai réalisé que je m’éloigne des gens qui valorisent mes antivaleurs et ce, souvent inconsciemment.

J’ai réalisé cet exercice en lisant Riche et Heureux de Strelecky et Brownson. Un livre simple, direct et efficace.

 

Connaissez-vous vos valeurs?

 

 

Posted in Developpement, Perso | Tagged | 3 Responses

Toutes Choses

Il y a quelques années, lors du ‘’Warrior Camp’’ the Peak Potential, un des enseignements était le suivant:

 ‘’La façon dont on fait quelque chose est la façon dont on fait toutes choses.’’

Aujourd’hui, lors d’une discussion avec un associé, je me suis rappelé cet enseignement. Bien sûr, dans la grande majorité de nos actions nous faisons de notre mieux. Il y a cependant toujours certaines facettes que nous négligeons.

Demandez-vous quelles actions ne reflètent pas votre potentiel et travaillez celle qui vous rapportera le plus.

Dans mon cas, force est d’admettre que certaines facettes de mon usine ne reflètent pas ma façon d’être, ma personnalité.

Faites toujours de votre mieux.

Votre “mieux” change d’instant en instant.
Quelles que soient les circonstances, faites simplement de votre mieux et vous éviterez de vous juger, de vous culpabiliser et d’avoir des regrets.

Don Miguel Ruiz
Les 4 accords Toltèques

Posted in Culture, Developpement | Tagged | Leave a comment

Qu’avez-vous changé dernièrement?

Si vous faites ce que vous avez toujours fait, vous obtiendrez ce que vous avez toujours eu.

Tony RobbinsTony

La folie, c’est se comporter de la même manière et s’attendre à un résultat différant.

 Albert Einstein

Donc Changez!

 

Posted in Developpement | Tagged , , , | 1 Response

Que faire ensuite?

C’est la plus importante décision de votre carrière (et même de vos journées)!

Ça ne l’a pas toujours été. ‘’Que faire ensuite’’ était une question à laquelle seul votre patron ou vos clients répondaient.

Avec autant d’opportunités et de contraintes,  le moment de choisir que faire ensuite est de loin votre plus grand levier. Ce moment mérite beaucoup plus de temps et d’attention que la plupart d’entre-nous y mettons.

Si vous n’êtes pas disposés à faire face aux abysses des choix, vous ne pourrez certainement pas passer assez de temps à danser avec  vos opportunités.

Ce texte est une traduction libre du Blog de Seth Godin. J’adore Seth Godin, sa vision et sa simplicité nous guident toujours dans des réflexions personnelles et souvent nouvelles.

Posted in Culture | Tagged | Leave a comment

La culture mange des stratégies pour déjeuner!

jeremy gutsche

Dans ce clip youtube Jeremy Gutsche explique comment ce qui est populaire n’est plus tendance. Son surnom le chasseur de tendances.

J’adore comment il explique que nos messages doivent être simples, directs et surchargés.

Je suis un grand fan de Jeremy Gutsche, il a une vision hors du commun, son livre Exploiting Caos est une bombe.

Posted in Culture | Leave a comment

Discipline personnelle

 

Je vous encourage à écouter le dernier ”Motivational Moment” de mon bon ami Rock Thomas.

 

Posted in Motivational Moments | Leave a comment